Témoignage d’une ancienne Découverte

Il était une fois le « Festi’Femmes »… Je voudrais rendre hommage à ce festival qui porte haut les couleurs de l’humour au féminin, et qui sait les mettre en lumière, et en amour. C’est tellement important pour un artiste de se sentir aimé.

24 ans que le Festi’Femmes existe ! 24 ans et toutes ses dents ! 24 ans et toutes ses femmes ! 24 ans et toujours Eliane ZAYAN ! – Eliane la créatrice, et j’ose dire la Sainte Patronne (du RIRE), la patronne tout court !  – Il faut aimer les artistes, les porter, les encourager et les supporter, dans tous les sens du terme ! Eliane sait faire tout cela.

Mon premier Festi’Femmes, c’était le soir du 4 Mars 1999 avec un mistral glacial, (de ceux qui durent 9 jours et qui rendent fous). Mistral qui me mena au Quai du Rire … Je croyais me rendre dans un café théâtre, j’entrais en fait j’étais dans le «Temple du Rire » ; plein d’artistes, plein de lumières, plein de rires…. On m’a présenté à Eliane Zayan, qui me voyant si jeune, me devinant artiste, refusa que je paie ma place et me remit même un badge d’accès pour toute la durée du Festi’Femmes ! Je ne connaissais personne, mais je connaissais Eliane. Je me faufilais entre ces êtres bruyants, au verbe haut, à la répartie facile. J’étais timide, comme il n’était pas permis de l’être en pareil lieu de folie. C’était la première fois de ma vie que j’approchais des artistes d’aussi près, parmi lesquels, Marianne Sergent la meneuse. Je me sentais comme dans l’antre de quelque chose, émue, rêveuse…. J’observais Eliane, la patronne présente partout, voyant tout. Ce premier soir je vis les tables se dresser pour le dîner des artistes et du public. Je tentais de m’éclipser, et au moment de partir, je suis tombée, nez à nez avec Eliane : « Où tu vas minotte ? » Me dit-elle.  Moi : « Ben, euh, je rentre… » Elle : « Mais non tu restes avec nous, va t’asseoir, la soirée n’est pas terminée, il y a encore des spectacles ! » Je ne connaissais personne mais je connaissais Eliane. Elle m’avait adoptée, mon rêve commençait….                               Longue vie au Festi’Femmes, longue vie à Eliane. Merci et surtout ne change rien !

Hafida BETTIR, allias FIFOU